[Nouvelle joute][Les échecs]

    By using our site, you accept the use of cookies to make your visit more pleasant, to offer you advertisements and contents tailored to your interests, to allow you to share content on social networks, and to create visit statistics for website optimisation. More information

    • [Nouvelle joute][Les échecs]

      Quelle est votre préférence parmi ces textes ? 9
      1.  
        Texte 1 (0) 0%
      2.  
        Texte 2 (4) 44%
      3.  
        Texte 3 (5) 56%












      Oyé ! Oyé !

      Nos plumistes font leur grand retour, avec un nouvelle joute dont les modalités sont les suivantes :



      Thème: Les échecs (ou une partie d'échecs)
      Objectif: S'inspirer de l'image ci-contre pour produire un texte

      Style: Libre, chacun y va de son inspiration
      Taille: Pas de limites
      Délai : Lundi 11 Juin 2018 à 14h (GMT+2)
      Participants: @_Lyli_, @Modours, @Kytano_FR, @Galvanix_FR
      Arbitre: @RedAnts

      Tout autre joueur qui se sent une âme de poète, conteur, slameur, etc. est
      le bienvenu pour participer à cette joute.

      PS: Les textes sont à envoyer par message privé à l'arbitre.









      Texte 1

      FIN DE PARTIE


      Sur un plateau perdu les deux troupes s’observent.
      Elles sont disposées en ordre de bataille ;
      Campée au premier plan s’aligne la piétaille,
      Protégeantreine et roi, se dresse la réserve.


      Ce sont de vrais sosies, seul l’uniforme change :
      Les Blancs tiennent le sud, les Noirs gardent le nord.
      Tous sont au garde-à-vous et personne ne dort.
      Le plateau est réduit, vraiment carré de forme.


      Il règne un lourd silence, on n’entend pas de voix.
      Même s’il le voulait, chacun est incapable,
      –A sa place assigné– de quitter cette table
      Qui porte l’échiquier et ses pièces de bois.


      Tout est fin prêt pour que commence la partie
      Les chaises bien rangées, Blancs et Noirs alignés,
      Contre cet air glacial, un plaid est replié,
      Seuls manquent les joueurs… Mais où sont-ils partis ?


      Ici tout est repeint aux couleurs de l’automne,
      Même le blanc jaunit, la lumière grisaille,
      Assombrit l’échiquier : teintes de funérailles.
      Le temps est suspendu, nulle horloge ne sonne.


      Il y a bien longtemps, ils ont dit : « A demain ! »,
      Plié la couverture et rangé le plateau,
      Prévoyant d’attaquer la partie au plus tôt ;
      Avant de se quitter, se sont serré la main.


      Hélas ! L’ordre est venu : il faut quitter les lieux !
      Le poison s’insinue partout dans la nature !
      En deux heures de temps, autocars et voitures
      Ont vidé la cité, abrégeant les adieux.


      Nul n’est plus revenu au café faire un tour,
      Nul ne s’est plus assis devant un échiquier,
      Nul n’a poussé le bois, contemplant l’air inquiet,
      Son roi mis en péril par le fou et la tour.


      Dans les rues désertées, une auto immobile
      Rouille… Un des joueurs d’échecs ne pourra plus roquer.
      Sa dernière demeure est fermée au loquet.
      C’est un échec et mat, ici à Tchernobyl.


      Texte 2

      " Pions parés, chaises vides, et lignes de desserve,
      La tablette est avide que joueurs se resservent
      Une joute candide aux chutes qui les nervent…
      Qui s'assied-là décide de tenter conserve !


      Quelle partie sera celle où nulle colère ?
      Qui ici faiblira en sourire sincère ?
      Qu'avons-nous de si bas à disputer la chaire
      Qui nargue nos états quand, battus, on la perd ?


      Savant jeu ridicule à disputer vedette
      Aux cartes de pécules et aux dés à facettes,
      Il n'est guère crédule en terre de guiguette
      Que d'oser cette émule en défiant les risettes…


      Lutte obscure, précise à réchauffer l'esprit
      Plus que l'autre qui vise à nous coincer ici,
      La belle friandise à compter brasserie
      Qui nous baigne sottise à jouer d'alcoolémie ! "


      Texte 3

      L'écharpe


      On attaque quand tu veux.

      Quand tu peux.

      Quand tu sauras quoi faire et pourquoi.

      On osera même le dire tout haut.

      Le crier peut-être.

      Au sortir d’une aventure en noir et blanc.

      Simple et complexe.

      Qui fera de nous le morceau d’une légende passée.

      La case vide.


      La case…

      Comme un peu de rien qu’il va falloir remplir de tout.

      Comme un peu de nous, de toi, de moi.

      Un scandale ou une flamme, un portrait de deux mondes qui vont se croiser.

      Se culbuter.

      La collision inévitable…

      Annoncée...

      Prévue de longue date.

      La banquette molle qui va supporter le poids d’une histoire.

      Le poids qui fait valoir.

      Du brillant au mat.

      A lustrer nos bancs et nos tables de bois.

      Sans jamais penser aux conséquences…

      Te souviens-tu ?

      De ces algorithmes étranges qui nous offraient une autre face ?

      De ces moments intenses qui nous donnaient à rire ?

      Te souviens-tu de moi ?

      Perché sur la branche comme le merle et la crécelle ?

      A hurler en silence mes envies, mes rêves ?

      Te souviens-tu de lui ?

      Qui attendait, l’imbécile, sous l’aubette plastique ?

      Qui fredonnait ta chanson sans se soucier du vent ?

      Te souviens-tu d’elle ?

      Qui avait laissée l’écharpe, au parfum de myrtille ?

      Qui l’avait laissée pour un signe à venir ?

      Comme un songe, une farandole, un peu d’amour à partager encore ?


      Elle…

      Sans qui rien n’aurait pu arriver, sans qui rien ne serait jamais pareil.

      Qui faisait la pluie et la bonne figure…

      Te souviens-tu qu’à ce moment précis, elle te disait un peu d’elle ?

      Et que toi, sans savoir, tu écoutais encore le chant du merle, de la crécelle…


      On attaque quand tu veux. Quand tu peux. Quand tu auras choisi.

      Qui du noir ou du blanc, aura la faveur de ta main…

      Mais on ne pourra plus jamais dire…

      Que nos batailles auront pris nos légendes.

      Que nos guerres auront trouvé la pierre.

      Qui aura brisé la vitre.

      De nos fenêtres closes…


      Souviens-toi juste de ça.

      Oui, de ça.

      Avant de commenter ton monde pour le donner aux autres.

      Souviens-toi juste de ça...

      The post was edited 5 times, last by RedAnts ().

    • texte achevé... Pour l'envoi je suis perplexe: faut-il ouvrir une nouvelle conversation pour l'y glisser? Car je ne vois pas la possibilité de mail sur le profil de RedAnts... bon je passe par le biais de la "conversation" .
      Le texte doit être récupérable !
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.forumsactifs.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.

      The post was edited 1 time, last by Modours ().

    • J'ai opté pour une conversation avec RedAnt. Je pense que cela correspond aux anciens MP.
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.forumsactifs.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.
    • Je vois que tu n'as reçu que les textes de Galvanix, de Kytano et moi-même. _Lyli_ n'a pas eu le temps de t'envoyer le sien. Dommage!
      Beaux textes de facture et d'inspirations différentes car même s'ils partent de la même photographie, chacun y apporte sa propre sensibilité et sa propre vision.
      Place maintenant aux lecteurs, à eux de se manifester pour voter et commenter et récompenser ainsi les efforts des auteurs.
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.forumsactifs.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.
    • Je pense plutôt qu'il a voulu dire qu'il trouvait le texte 2 si bon qu'il a pensé un moment qu'il s'agissait d'une oeuvre "pompée"...

      J'aime assez le résultat de ces trois propositions. Je réserve mon commentaire plus "approfondi" pour plus tard pour ne rien dévoiler...

      Nephesto, l'orthographe est certainement un point important à travailler mais avant tout, le plaisir de lire de nouveaux univers reste prioritaire... Prochaine joute tu t'y essaieras ? Aujourd'hui on peut écrire orthographe comme bon nous semble Ortografe :thumbsup:


      Je garde mes sourires pour la fin...
      Jendorline :saint:
    • si le modo corrige le Texte je m y tenterais volontiers car j ai un vocabulaire très élevez pour ma part avis perso le 2 ême ma pas accrocher MDR ^^ par contre le 1 et vraiment triste du coup ^^ bah j ai pris un texte pour le plaisir de la lecture ... es ce que c'est mal
      Salutation ; un retour parmi temps d autre

      .
    • Il n'existe pas de réel "protocole" dans la lecture. On accroche à des textes sans forcément savoir pourquoi. Ce qui compte, au final, c'est qu'un texte inspire un moment d'un lecteur... Comme une peinture ou une musique. Le texte apporte du plaisir avant tout... Le reste étant trop "personnel" pour être listé sans oublier quelque chose.


      Je garde mes sourires pour la fin...
      Jendorline :saint:
    • Je me suis particulièrement délecté du troisième texte.

      Je n'y ai qu'une amertume, celle de m'être heurté à un ton quelque peu sombre et résigné qu'il me semble avoir déjà lu et commenté dans un autre sujet de cette Taverne...

      Quel dommage au vu de la qualité d'écriture !
      Page Terra Nostra - Facebook
      Versus

      Car chaque jour qui se lève est une chance, un don de l'existence, osons l'expérience afin de vivre avec vaillance !
    • Je me doutais bien que ce n'est pas un simple copier/coller, trop facile à repéré pour les experts qui passe ici. Mais je ne suis pas un grand fan de littérature donc en lisant ce texte pour la première fois j'ai pensé cela vu la qualité de l'oeuvre.
    • Les trois textes sont des "originaux", c'est certain.
      Les deux premiers sont entrés par la grande porte, un chemin "pathos" qui ouvre l'échiquier pour ce qu'il est.
      Plusieurs niveaux de lectures possibles.
      La facture du second fait d'autant plus appel à certaines images poétiques assez fortes qu'il est écrit avec brio (comme d'habitude devrais-je dire).
      Quant au troisième texte, il est également particulier en ce sens qu'il frôle l'échiquier plus qu'il ne le traverse.
      Ici la métaphore est romantique.
      Sombre sans doute par le côté "guerrier" d'un affrontement de deux camps...
      La prosodie est le moteur de ce texte avant toute chose.

      J'ai aimé lire ces trois textes et écrire l'un d'entre eux. Cela montre aussi qu'on peut envisager de raconter ce qu'on veut dans toutes les façons possibles. Rien que pour cela je trouve que la Joute est réussie.


      Je garde mes sourires pour la fin...
      Jendorline :saint:
    • Belle joute en effet et un coude à coude pour les textes 2 et 3 très différents de facture et d'inspiration qui prennent le large devant le premier, lui qui n'a pas su prendre à temps son élan.
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.forumsactifs.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.