Les échecs et les Dames

    Would you like to know what’s going on in the Tournament 2017 Finals?
    Keep yourself updated by reading "The Corner"!

    • Re : Les échecs et les Dames

      De nombreuses possibilités sont offertes à qui souhaite acquérir un jeu d'échecs. Il en existe tant qu'on pourrait presque croire que toutes les bourses pourraient y trouver leur compte, et que la majorité des aspirations esthétiques seraient susceptibles d'y êtres satisfaites.

      Loin de prétendre dire mieux que les nombreux écrits existants à ce sujet, il semble malgré tout confortable de se donner quelques axes de réflexion afin de préciser un choix, peut-être...

      Le budget disponible serait le facteur limitant. Mais il en existe sans doute d'autres... Quelques questions seront-elles suffisantes pour mettre sur la bonne piste ?

      Quelle vie pour cet échiquier ?

      Quelle sera sa place dans la maison ?

      Est-il destiné à vivre dans un placard en dehors des parties, ou sera-t-il mis en valeur sur un meuble ? Son utilisation sera-t-elle rare, régulière, intensive ?

      Voyagera-t-il de parc en jardin public ou ne franchirait-il plus le seuil une fois entré au foyer ?

      Servira-t-il à des parties pour le plaisir ou des parties plus " sérieuses ", à effectuer des analyses de partie ?

      Qui jouera avec ?

      Ses utilisateurs seront-ils des novices ou des joueurs confirmés ?


      Ce type d'interrogations, et probablement tant d'autres encore, paraîtrait donc nécessaire...?

      La difficulté ne serait d'ailleurs pas tant de trouver des questions à se poser, mais plutôt de savoir auxquelles répondre d'abord...
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...

      The post was edited 1 time, last by Galvanix ().

    • Re : Les échecs et les Dames

      Juste une petite chose...

      Je déconseille fortement " Les ouvertures d'échecs pour les enfants " aux éditions Olibris.

      Vous voulez vous dégoûter de ce jeu, même étant adulte ? Lisez le !

      Je tenterai de partager ici prochainement une sélection d'ouvrages en fonction des niveaux techniques du lecteur, en dépit de mon inexpérience.

      Bien à toutes et tous.
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Re : Les échecs et les Dames

      Voici donc un petit tour de ma bien maigre bibliothèque en terme de littérature échiquéenne...


      Je tâcherai de demeurer le plus objectif possible, sachant que mon écrit sera forcément influencé par mon style de jeu et mes préférences de mise en forme tant textuelles que littéraires, notamment et entre autres facteurs limitant mon impartialité...



      " Le guide Marabout des Echecs " , édition 1976

      Très complet, diagrammes nombreux et explications plus ou moins adaptées au public visé bien que toujours pertinentes, rédaction efficace et compréhensible, moyennement accrocheuse malgré une large section consacrée au débutants, à déconseiller pour ces derniers.


      " Les échecs pour les nuls ", Seconde édition, James Eade et Vincent Moret

      Bon livre pour débuter, progresser, développer un niveau déjà existant.

      Un très bon ouvrage au regard de certains écrits " pour les nuls " particulièrement peu réussis.

      Je conseille !


      50 leçons de stratégie, " les parties qu'il faut connaître ", Steve Giddins, éditions Olibris

      Très bien commenté, diagrammes des parties à différents stades et positions, nombreuses études de variantes

      Très pertinent pour qui enseigne ou veut enseigner les échecs, très recommandable à toute joueuse ou tour joueur en quête de progression technique.

      Peu adapté au joueurs qui jouent pour le plaisir, même jusqu'à un niveau assez important, car l'étude sérieuse de ce livre demeure quelque peu fastidieuse.


      Les principes gagnants aux échecs, Nigel Davies, éditions Olibris

      Un ouvrage excellent tant par la plume précise et accrocheuse de l'auteur que par le niveau échiquéen que l'on sent vibrer au bout de chaque notion textuelle, chaque phrase, et ce avant même d'atteindre les premiers diagrammes de l'ouvrage...

      Un très bon support de progression, bien que gourmand en implication et en travail personnel pour en profiter pleinement.


      Les sept péchés capitaux aux échecs, Johnathan Rowson, éditions Olibris

      Que dire, si ce n'est que cet ouvrage magistral n'a rien à faire chez moi ?

      Une référence pour tout joueur de niveau national ou plus, extrêmement bien traduit, et porté avec humour et humilité par un joueur, un auteur époustouflant de richesse tant expérimentale que psychologique...

      Le simple fait de lire la quatrième de couverture peut suffire à se mettre à se passionner d'échecs...

      Ce fût mon cas, ignorant que j'étais de mettre plus de trente euros dans un livre censé être lu par des maîtres à
      une époque où les règles du Rocque m'étaient méconnues....

      Ahurissant de dimension émotionnelle, sociologique, spirituelle, humaine au sens large du terme, et, naturellement, technique, bien que ce soit un précis rédigé dans un genre qui ne figure dans aucune autre des références précédentes de cette publication...

      Que dire, même sans travailler chez Olibris ? Courez voir en magasin de quoi il en retourne ! :)


      Et bien évidemment, ma tentative initiale demeurer dans la neutralité est largement outrepassée, mais était-ce si important ?



      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...

      The post was edited 2 times, last by Galvanix ().

    • Re : Les échecs et les Dames

      Partie départementale, en équipe, hier après midi, où nous avons emporté une cuisante victoire par 3 à 1...

      Je partage ici quelques ressentis écrits par mes soins hier, à chaud...


      " En fait on peut aussi être déconcentré devant un joueur jouant très vite, car je finis en pendule excédentaire de huit minutes mais vu le reliquat adverse il fallait vraiment plus de temps pour choisir le trait du côté des blancs... Les cadences 90 c'est long quand on sort de tournois a dix minutes par joueur ! "

      N.B. : Pendule arrêtée :

      Bancs : reste 1 h 21

      Noirs : reste 1 h 38

      Temps de base = 1 h 30 par joueur pour la partie, avec ajout (incrément) de 30 seconde pas coup pour chaque joueur sur les 40 premiers coups, 1 coup = 1 coup des blancs + un coup des noirs


      " Je n'ai pas joué ici la défense Owen, tout simplement car le centre de l'échiquier s'est laissé cueillir dans une ouverture trop timide a mon sens pour les blancs...
      Et puis c'est dommage ce n'est pas tant sa défense qui manquait de technique, mais mon attaque était trop forte... "

      " Il avait pourtant enrayé des doubles attaques qui allaient tomber au coup suivant, à trois ou quatre reprises...

      Seulement, l'agressivité du jeu noir, et le genou à terre émotionnel , ont généré une trop forte différence positionnelle.

      Je n'avait plus qu'à trouver le mat le plus court, ce que je ne fit pas d'ailleurs au vu du peu de temps que je prenais pour jouer mes coups...

      On pourrait presque dire que je l'ai un peu torturé avant le coup de grâce... "

      "
      Échec et mat dame - tour des noirs, au 37ème coup... Ce baiser fatal pour mon adversaire est surtout lié à un manque de contrôle émotionnel... Le contrôle de la concentration est capital dans cette discipline tout comme dans un art martial... "
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...

      The post was edited 4 times, last by Galvanix ().

    • Re : Les échecs et les Dames

      facebook.com/2017Anonymous/

      Pour ceux qui se préoccupent de politique, et qui aiment les échiquiers politico-médiatiques, voici le lien d'un page où j'ai lancé un petit appel du pied...

      La publication sur le vote blanc me semblait peu dénuée d'intérêt...
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Re : Les échecs et les Dames

      Je viens partager ceci à l'attention des amateurs d'échecs de la région parisienne...

      Je serai à la 259e Rapide East Bunker le vendredi 7 juillet.


      Il s'agit d'un tournoi homologué dans le bar East Bunker Café à côté de la garde de l'Est. (156 rue du Faubourg St Martin 75010)


      Il débute à 20 h 30.


      Il s'agit de 7 parties à jouer en cadence de 10 minutes par joueur pour la partie, et il me semble que là-bas il y a un incrément (temps additionnel) de deux secondes par coup.

      L'appariement est " suisse " c'est à dire que du premier au dernier échiquier, on a le meilleur joueur avec le plus faible puis le 2e meilleur avec le 2e plus faible etc...

      Chaque victoire fait remonter d'échiquier et chaque défaite en fait descendre.... Donc les niveau se lissent au fil du tournoi, en quelques sortes...

      Il y a toujours là-bas environ une bonne quinzaine d'échiquiers, soit une bonne trentaine de participants.

      Le niveau est plutôt bon pour un tournoi se déroulant dans un bistrot...


      Pour ceux qui participent c'est 6 € l'inscription.


      En dépit du fait que ce soit dans un bar, on ne peut jouer sans licence à cette rencontre...


      La licence B (pour parties rapide seulement) coûte 9 € en Ile de France pour un Senior, pour une année)


      A noter que les consommations ne sont pas obligatoires pour les participants à ce tournoi, ce qui n'est pas le cas dans tous les tournois rapides se déroulant dans des bars et cafés parisiens.

      Pour ma part je compte faire mieux qu'une seule victoire au temps comme la dernière fois....

      Nous verrons, et en tout cas ce sera un grand moment de plaisir de jeu, comme toujours ce type de soirées :)
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Dans toute discipline que l'on apprend et dans laquelle, en tout cas, on œuvre un peu soit tant à y progresser, des paliers, des caps plus ou moins importants jalonnent le parcours de l'apprenti...

      Un épisode aux échecs peut dans certain cas s'avérer marquant.
      Celui que m'a partagé un ami récemment, celui du passage du joueur qui sort de la période où il apprivoise le mouvement des pièces et intègre les erreurs lourdes à éviter.

      Plus généralement, c'est le moment où l'on commence à se mette à table à propos de la dimension psycho-émotionnelle de la partie d'échecs dans laquelle les joueurs s'affrontent...

      Il semble difficile de retrouver les mots dans lesquels il me témoignait cette étape qui, selon lui, n'aurait jamais été franchie s'il avait appris aux côtés d'un autre que moi, ce qui est assez touchant voire gratifiant, il faut bien admettre...

      Selon ses dires, et selon ce que j'avais déjà constaté, ceci demande un effort d'humilité et de maîtrise de l'orgueil blessé de toutes ces parties inégales et bel et bien perdues à plate couture.

      Et en effet, si cette étape n'est pas franchie à grands coups de curiosité, de dépassement de soi et d'acceptation de l'échec (tiens donc, c'est le cas de le dire !), il y a peu de chances pour que la mayonnaise prenne... Et si ce n'est pas le cas, on risque en effet un rejet définitif que j'aie pu voir chez nombre de gens...

      Les échecs ne sont pas véritablement dans notre culture à nous français, sempiternels joueurs de cartes et de flûte, accessoirement.

      Je me demande parfois si l'absence de hasard ne terrorise pas les occidentaux de façon générale, bien que non systématique...

      Certains ouvrages échiquéens affirment qu'à 5 ans on peut parfaitement intégrer les règles... Quoi qu'il en soit, je suis essentiellement certain, pour l'avoir vécu, que le plaisir aux échecs apparaît et s'accroît une fois les grand mécanismes de déplacement connus, et surtout une fois la vision un peu rôdée à étudier l'échiquier notamment pour identifier les possibilités qui s'offrent à chaque coup...

      Nul besoin d'être une tronche en maths ou quoi que ce soit de ce genre, mais vraiment pas !

      L'effort de s'accrocher au début vaut largement le plaisir en ascendance exponentielle qui s'ensuit.

      Et oui, il est difficile de le croire sur parole de ces modestes lignes...

      La curiosité sera-telle victorieuse sur la fierté pour les prochains apprentis ?

      Je le souhaite passionnément !
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Tu as bien fait de ressortir il y a quelques mois cette conversation initiée dans les années 2010 et dans laquelle je retrouve quelques anciens aujourd'hui hors ligne...
      Dames et Echecs : j'y ai goûté il y a longtemps sans progresser beaucoup mais j'ai un peu laissé de côté ces jeux de pousse-bois ainsi que les désignait Diderot dans le Neveu de Rameau, ce qui prouve que ces jeux étaient alors bien pratiqués...
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.poeticforum.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.
    • Merci Modours, et tu as raison !

      Je trouvais en effet que ce sujet méritait d'être réactivé au vu du beau mystère que sont les échecs...

      Savais-tu que " pousser du bois " était une formule plutôt vue comme péjorative par les joueurs d'échecs, en général ?

      Je me permets également de partager un léger extrait de ce qui peut se lire sur les origines de ce jeu si énigmatique...



      Voici :


      " Les échecs ou jeu d'échecs sont un jeu de société combinatoire abstrait pour deux joueurs (partie simple) ou pour un joueur contre plusieurs (parties simultanées).


      L'origine du jeu se perd dans la nuit des temps et fait l'objet de plusieurs hypothèses relevant des mythes et légendes. Le jeu, dans sa forme primitive, serait né en Asie, à une époque indéterminée, peut-être avant notre ère.


      Adopté au Moyen-Orient, il y connaît un grand développement qui prépare sa forme moderne.


      Arrivé en Europe avec les conquêtes arabes, il y a évolué lentement, et ses règles y ont été formalisées puis figées après la Renaissance, pour donner le jeu que nous connaissons aujourd'hui.


      Au terme d'un processus de normalisation, le jeu d'échecs dans sa forme moderne est désormais répandu dans le monde entier, et il est pratiqué par de nombreux joueurs, librement ou affiliés à des clubs et des fédérations nationales.


      Des compétitions sont organisées à tous les niveaux, y compris les championnats du monde et les Olympiades sous l'égide de la Fédération internationale des échecs.


      Il existe un système de classement des joueurs en fonction de leur force, dominé par les maîtres et grands maîtres internationaux.


      Dans ce contexte, le jeu d'échecs joue un rôle sur la scène internationale et ses compétitions ont notamment été l'un des théâtres de la Guerre froide.
      Le jeu moderne diffère fortement des versions primitives. "


      -----


      " Les origines du jeu d'échecs se perdent dans la nuit des temps entre légendes et une réalité historique souvent controversée.

      Une origine située dans le nord de l'Inde vers 600 (après J.C.) est aujourd'hui communément admise.



      L'ancêtre direct décrit par des textes est le chatranj que les Perses auraient reçu des Indiens (jeu dérivé du Chaturanga à deux joueurs).


      Point de repère : le jeu d'échecs tel que nous le connaissons aujourd'hui existe depuis le début du 17 ième siècle. Soit près de 400 ans sans aucune modification majeure si ce n'est l'apport de la pendule et la modification du style des pièces : le style Staunton (internationalement adopté) date de 1850. "


      -----


      " La fin du moyen-âge et le début de la Renaissance est une période charnière pour les échecs. C'est durant cette période que le "nouveau" jeu d'échecs apparaît.


      La reine et le fou adoptent leur déplacement actuel. Le déroulement du jeu est donc beaucoup plus rapide et la reine devient la pièce la plus puissante.


      Remarque : bien sûr ces nouvelles règles rendent caduques tout l'édifice théorique élaboré par les arabes.


      Le roque (motivé par le souci de protéger le roi) fera progressivement son apparition, ainsi que la possibilité d'avancer de deux cases pour le premier coup d'un pion (et la prise en passant qui en découle)

      A partir de 1650, on peut considérer que toutes ces règles sont établies.



      Néanmoins il faudra attendre la création de la FIDE et le congrès de 1929 à Venise pour avoir le premier règlement international officiel du jeu d'échecs. "


      -----


      " Le jeu d'échecs se diffusera au gré des voix de commerces (sel, soie, épices...) et des invasions.


      La diffusion la plus citée (mais loin d'être la seule) est celle Inde / Perse / Islam / Afrique du nord / Espagne.


      D'après un texte pehlvi (ou pahlavi : en langue perse) le jeu d'échecs a été introduit en Perse sous le règne du roi Khosroe Nushirwan (531-578).

      Les arabes adopteront ce jeu (prenant le nom de shatranj) et son expansion suivra les conquêtes de l'Islam, de l'Afrique du nord à l'Espagne, un des pays par lequel le jeu d'échecs sera connu en Europe "



      -----


      Qui a inventé les échecs, quand, où, comment, pourquoi ?


      L’origine du jeu d’échecs reste un sujet controversé.


      En effet, comme l'écrit Richard Eales dans son livre Chess, " The History of a Game ", la recherche des origines des échecs est similaire à la recherche du « chaînon manquant » dans l'évolution humaine.


      Les premiers échecs se jouaient donc très probablement à deux joueurs. Mais où et quand sont-ils apparus ?


      Les échecs sont assurément un jeu asiatique et trois ensembles géographiques posent leur candidature au titre de berceau du roi des jeux. Ces trois ensembles sont eux-mêmes très vastes :


      - L’inde du nord, du Cachemire à la haute vallée du Gange, en passant par le Sind et le Pendjab, le bassin de l’Indus (aujourd’hui largement au Pakistan).


      - La Chine historique, c’est-à-dire le bassin du Huang He (fleuve Jaune) et peut-être celui du Yangzi Jiang, plus au sud.


      - La grande sphère iranienne entre les deux, les pays traversés par l’antique Route de la soie : la Perse mais aussi le Gandhâra, la Bactriane, le Khwarezm, la Sogdiane, la Sérinde, soit l’Asie centrale de l’Iran et de l’Afghanistan au Xinjiang. Linguistiquement et culturellement, ces régions se rattachaient à la sphère iranienne.


      -----


      (source Wikipédia et iechecs.com)


      -----


      Bien à nos calculs !
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Ce qui me fascine aussi dans le jeu d'échecs c'est la façon de représenter les diverses pièces selon les pays et selon les artistes car en dehors des formes conventionnelles il existe des figurines très différentes.
      Pour ma part j'ai, par le passé, créé en céramique les pièces d'un jeu d'échecs... Ce fut une expérience passionnante mais plutôt difficile car j'ai travaillé sans moule et forcément les pièces semblables présentaient des différences !
      Hélas elles sont stockées dans une boite pour éviter de les faire tomber car elles sont assez fragiles.
      Voilà c'était une petite parenthèse et une façon personnelle d'aborder ce jeu qui du coup ne pouvait plus porter le nom de pousse-bois !
      Ex-Modérateur de la Taverne: bénévole de 2010 à 2016. Nouvel antre: ensemble.poeticforum.com (voir Cantabile)





      Merci à Zuzu pour la mise en page de mon dessin
      Je n'en démordrai pas: je suis vraiment convaincu que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.
    • Merci pour ce partage.

      Il est vrai que les échecs sont un jeu mystérieux, cela dit dans notre culture cela reste un jeu relativement abordé et abordable assez répandu.


      Je suis désolé de venir ici avec mon esprit toujours traviannesque mais après tout c'est à ce jeu qu'est dédié ce forum.
      Donc je voulais vous demander si vous connaissiez un autre jeu stratégique qui, adapté à Travian, est vraiment excellent.

      Il s'agit du jeu de Go, originaire de Chine, est très apprécié, bien qu'en déclin, dans les pays asiatiques.
      Il reste malheureusement très méconnu en Europe malgré les limites quasi inexistantes du nombre de stratégies offertes aux joueurs.

      Il s'agit d'un jeu très compliqué à appréhender mais je pense qu'une fois pris en main, c'est une excellente manière de s'amuser et surtout de mettre ses méninges en marche, même si la plupart du temps ces deux choses n'en sont qu'une.
      S19 : Josh ~ Minions™
    • Oui Modours, je partage cette fascination pour cette diversité de forme du jeu d'échecs et serait probablement collectionneur intrépide de jeux en tous genres si mes finances me le permettaient...

      Razorbak, le meilleur joueur du cercle d'échecs où je suis est aussi un très fort joueur de Go, mais je n'ai jamais eu l'occasion de le pratiquer personnellement. Je ne pense pas m'y mettre pour des raisons de temps que je souhaite me consacrer à ma passion des échecs et à mes autres loisirs !

      Je vous partage ici à nouveau quelques lignes pondues il y a quelques temps :


      " Les échecs sont souvent associés à la vaste notion de stratégie, et à assez juste titre, de par la nature même de ce jeu.


      Loin de moi la prétention, et encore moins la capacité, de préciser et de développer ce qu’est la stratégie, je crois cependant avoir retenu que la stratégie est grandement utile dans tout affrontement qu’il soit guerrier, sportif, ludique, et tant encore je suppose…


      Ici, les compétences de chaque joueur vont être mises à contribution tout au long de la partie, que ce soit sur un plan stratégique mais également sur tout un ensemble d’aspects.


      Ces facultés ainsi sollicitées chez les joueurs d'une partie d'échecs sont nombreuses bien que souvent complémentaires, et vont en principe s'améliorer en terme de performance au fur et à mesure que l'expérience échiquéenne s'enrichit chez une joueuse ou un joueur.


      Nous parlerions ici d'observation pour visualiser la position des pièces, d'organisation de la réflexion pour analyser les fruits de l'observation, de mémorisation et de capacité de calcul pour choisir le coup à jouer, de concentration pour pouvoir faire de même à chaque coup de la partie que l'on joue, de patience pour que les échanges de pièces soient réalisés aux moments les plus opportuns, de gestion du temps car celui-ci est limité si le jeu est à la pendule, de contrôle des émotions pour qu'une prise d'avantage ne se traduise pas rapidement par une déconcentration, notamment....


      Le but d’un jeu se traduit, lorsqu’il est atteint, par une victoire dans la plupart des cas. Sur soixante-quatre cases c’est également le cas.
      La partie se déroule de sorte que les joueurs jouent à tour de rôle une de leurs pièces en la déplaçant sur l’échiquier, la faisant passer d’une case à une autre.


      Aux échecs, les pièces ont toutes la faculté de se déplacer et de « prendre » une pièce adverse.


      Une pièce capable de se déplacer jusqu’à une case occupée par une pièce adverse est en principe capable de la capturer. Le roi, seul, ne peut être capturé.


      Pour qu'une pièce en capture une autre, elle se déplace, puis occupe la case où était la pièce prise faisant ainsi disparaître cette dernière de l’échiquier pour le reste de la partie.


      « Echec et mat ! » est l’exclamation bien connue que prononce le gagnant de la partie lorsqu’il l’emporte.


      Quand l’un des deux parvient à « coincer » le roi adverse dans une position d’échec dont il ne peut sortir, il gagne par échec et mat et le jeu s’arrête alors.


      Il y a d’autre façons de gagner une partie, et notamment au temps, mais aussi par abandon de l’adversaire ou encore d'une décision de l’arbitre, mais ces cas de figure se rapportent davantage à une situation de compétition qu’au jeu amical.


      La partie nulle, ou " match nul ", existe également et peut s'obtenir de plusieurs façons telles qu'une entente entre les joueurs ou par les circonstances de la position immédiate, entre autres.


      Apprendre les échecs et y progresser est quelque chose de difficile exigeant de la persévérance.


      En effet, on ne peut apprendre aux échecs qu'en jouant avec des joueurs plus aguerris, et donc on perd ses parties !

      Il n'est pas rare d'effectuer ses premières parties d'échecs en les perdant sans savoir, sans comprendre pourquoi on les a perdues...



      Il est donc courant qu'une découverte des échecs se traduise par un rejet souvent définitif...


      Transmettre à l'autre un savoir en douceur semble un art difficile à maîtriser, et pour bien d'autres domaine que la science échiquéenne.


      On entend souvent parler du " mauvais joueur " qui se démoralise ou s'emporte d'avoir perdu...


      La chance qui fût mienne aux échecs, berceau d'une passion, magie du domptage d'une facette de ma personnalité de joueur, c'est d'avoir apprivoisé mon orgueil de joueur perdant la partie, de dépasser ce côté fataliste et triste d'une démarche où l'on baisse les bras en faisant suite à un engouement naissant pourtant auparavant...


      En écrivant plus limpide et moins tarabiscoté, me prendre une raclée m'intéresse si cela m'apprend quelque chose !


      Savoir goûter à ce plaisir de jouer une partie équilibrée, ne serait-ce que durant l'ouverture, est une chose délectable, et ce en dépit du fait que, face à son adversaire, la lutte sur soixante quatre cases est d'une cruauté implacable, joute asymétrique où le hasard n'a pas sa place..."
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...
    • Razorbak wrote:

      Il s'agit du jeu de Go, originaire de Chine, est très apprécié, bien qu'en déclin, dans les pays asiatiques.
      Il reste malheureusement très méconnu en Europe malgré les limites quasi inexistantes du nombre de stratégies offertes aux joueurs.

      Il s'agit d'un jeu très compliqué à appréhender mais je pense qu'une fois pris en main, c'est une excellente manière de s'amuser et surtout de mettre ses méninges en marche, même si la plupart du temps ces deux choses n'en sont qu'une.
      Le jeu de Go est une de mes plus grande passion, j'ai posé mes premières pierres sur un Goban à l'age de 8ans environ,
      Cette passion m'a été transmise par mon grand père qui avait appris à jouer lorsqu'il était à l'hopital militaire suite à une grave blessure en 44.
      et qui depuis, jusqu'à la fin de ses jours n' avait jamais démordu.

      C'est un jeu vraiment intéressant car lire le jeu sur le plateau coup après coup est comme lire à l'intérieur de son adversaire.
      Chaque coup jouer transmet une émotion, une humeur qui au final avec le temps et l'expérience est facilement lisible.
      Et vous vous douterez bien que chaque partie est unique, il n'y en aura jamais 2 pareils.

      Les bases sont très facile à apprendre (les différentes formes, les formes à éviter, les fuséki (phase début de partie), le Yose (clôture des territoires, fin de partie et comptage des points), et comment s'introduire efficacement pour réduire le territoire ennemi.)
      Aujourd'hui, avec le jeu en ligne, tout ceci est facilement accessible pour les novices et y'aura tjr des joueurs mieux classer qui prendrons le soins de vous apprendre et de vous former au game. (un peu comme sur travian, via une communauté FR qui partage l'amour du game.)
      L'aspect le plus difficile du jeu est, je dirais, le dépassement de soit pour augmenter sa lecture de jeu et l'anticipation sur les coups adverse.
      il faut, comme aux échecs ou aux dames, chercher les meilleurs coups à jouer pour garder le Sente (l'influence) et ainsi obliger l'adversaire à répondre à chacun de vos coups.
      Tout cela + les variantes dans les différents type de règle.. car pour simplifier les choses, chaque pays, à ses variantes pour le yose (surtout pour le comptage des points en fin de partie.)
      ça fait qd mm qq heures de jeu pour tout comprendre et assimiler.

      le matériel:

      un Goban (plateau gravé): il existe différentes taille, 9x9 / 13x13 / 19x19 / 27x27 mais la taille classique est le 19x19
      et des pierres blanches et noires



      Comme vous pouvez le voir sur le spoiler, on joue sur les intersections de lignes.
      Le but du jeu est d'avoir plus de territoire clôt que l'adversaire.
      Une grosse notion d'influence est a prendre en compte dans le jeu.
      les phases de combats sont impitoyable car elles ont pour but d'envahir les territoires adverses pour les réduire.
      1 point = une intersections libres dans un de vos territoires clos et/ou une pierre adverse mangée.
      le vainqueur est celui qui à le plus de points en fin de partie.

      Les partie sont chronométrées,
      en générale, 45/60 minutes par joueur avec 5 byo-yomi d'une minutes

      Variante pour le fun:
      il existe des parties blitz. Coups en mort subite de 10s
      il existe des Rengo (2 contre 2 en tour par tour) ou en plus de lire le jeu adverse, il vous faudra lire et anticiper les coups de votre équipier sans aucune communication.

      Pour ma part, je n'y ai jamais jouer en club car ils sont rares, très rares. Mais le jeu est hyper facile d'accès sur internet.

      Voici un petit site regroupant pas mal d'info concernant ce jeu méconnu mais qui pour moi, restera le meilleur jeu de start du monde
      http://jeudego.org/

      Puis le site de go en ligne gokgs.com/
      mais attention, jeu internationale avec différents salons nationaux accessible à tous niveaux amateur et professionnel.
      il y a aussi des salons publics/privés (un peu comme des teams sur TG)

      Have fun
      :thumbup:

      Out of the night that covers me,
      Black as the pit from pole to pole,
      I thank whatever gods may be
      For my unconquerable soul.
    • Merci Choco49 pour ces précisions sur le jeu de Go que je ne connais pas mais qui semble être une sphère intarissable d'expérience de jeu, un peu comme le monde échiquéen...

      Je vais me contenter dans cette réplique de suivre ton idée de partage de liens mais pour les échecs, cette fois ci.


      Voici pour jouer en temps réel contre des joueurs :

      https://www.echecs-online.fr/

      https://www.sparkchess.com/

      https://lichess.org/ (c'est celui-ci selon moi le plus complet en terme d'interface et de possibilités de jeu, entre autres)

      https://www.chessfriends.com/ (disponible aussi sur smartphone)


      Il existe aussi des applications où l'on dispose d'un temps bien plus confortable pour trouver son coup, de 1 à 5 jours selon paramétrage de la partie, toujours contre un autre joueur du net : (les classements y sont donnés à titre indicatif mais ne reflètent pas exactement la réalité des classements dans les compétitions officielles)

      http://chesstimeapp.com/ (pour téléphone)

      https://play.google.com/store/apps/details?id=com.ChessByPostFree&hl=fr (téléphone et pc sous Windows)


      Ces deux applis permettent de communiquer avec l'adversaire via boite de dialogue instantané, et en ce qui concerne chess by post il est possible d'observer une partie à volonté qu'elle soit en cours ou terminée ce qui donne la possibilité de l'analyse et du progrès technique, notamment.

      Enfin voici un petit logiciel pour s'entraîner sur téléphone tactile qui mérite d'être essayé :

      http://www.chessgenius.com/

      Cette dernière application dispose d'un grand échelonnage de niveaux d'intelligence artificielle et intègre de nombreuses sous fonctions pratiques et enrichissantes, comme le fait d'indiquer l'ouverture pratiquée par exemple...


      Il en existe beaucoup d'autres, et ne les ayant pas essayées il serait délicat à mon sens de les mentionner...
      Lovin'Chess
      Versus
      Les mots sont des armes quand les actes sont des batailles, et les choix des pertes sèches tant qu'on ne les assume point...